Podium mondial de la santé .

Mesuré à l’aune de l’accessibilité et de la qualité des soins, entre 1990 et 2015, sur la base des indicateurs de mortalité pour 32 maladies (tuberculose, cancer du sein, leucémie, maladies cardiovasculaires, infections respiratoires etc.), le système de santé français arrive au quinzième rang mondial, ex aequo avec l’Irlande, la Belgique et le Canada.L’Hexagone qui totalise 88 points sur 100, soit sept points de moins que le favori du classement, la principauté d’Andorre, est devancé par douze pays européens dont l’Italie, l’Espagne et les pays scandinaves. À signaler que l’Europe détient la palme du continent le mieux soigné dans le monde.

Le score obtenu par les États-Unis, en revanche, (35e place, 81 points) place le pays lanterne rouge du monde occidental. Un paradoxe que souligne l’étude. Elle estime en effet que, compte tenu du niveau de développement économique des États-Unis, leur score aurait dû être supérieur de dix points. Preuve que, comme le met en évidence ce classement, l’élévation du niveau de développement de pays n'est pas toujours en corrélation avec une amélioration de la qualité et de l’accès aux soins. Les inégalités se creusent également entre les pays puisque 66 points séparent la Principauté d’Andorre de la République centrafricaine, dernier pays du classement.

En ce qui concerne la France, quatre scores contribuent à détériorer sa performance : les indicateurs de mortalité sont en effet alarmants en ce qui concerne les maladies respiratoires, les cancers de la peau (hors mélanomes), les cancers des testicules et les leucémies.

Pour les détails de l'étude publiée dans le Lancet suivez le lapin.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr