Une nouvelle appli pour contacter le 15 dans le Puy-de-Dôme, le Cantal et l'Allier

Une nouvelle appli pour contacter le 15 dans le Puy-de-Dôme, le Cantal et l'Allier

Une nouvelle appli pour contacter le 15 dans le Puy-de-Dôme, le Cantal et l'Allier

C’est une petite révolution dans l’univers des urgences. Dans le Puy-de-Dôme, les appels au 15 peuvent désormais se faire via une application mobile aux fonctionnalités prometteuses. Explications.

L’innovation numérique au service du secours aux personnes. Depuis le début de l’été, le Samu du Puy-de-Dôme est doté – de même que ses homologues du Cantal et de l’Allier – d’un nouvel outil développé par la société Exos, spécialisée dans l’équipement téléphonique des plates-formes de régulation médicale.

L’application « My 15 » est téléchargeable gratuitement. L’utilisateur du smartphone doit ensuite remplir une fiche détaillée de renseignements : identité, âge, poids, antécédents médicaux, traitements suivis, nom du médecin traitant.

Gain de temps et d’efficacité

En cas d’appel au 15 passé à partir de ce même téléphone, toutes ces données personnelles – et sécurisées – s’afficheront instantanément, à l’autre bout des lignes, sur l’écran de l’opérateur du Samu 63. La manipulation permet aussi de géolocaliser très précisément, en temps réel, la position de l’appelant.

« Toutes ces informations nous sont indispensables en cas d’urgence », souligne le docteur Denis Gonzalez, qui dirige le Samu 63. « Le fait de pouvoir en disposer en direct, sans avoir à multiplier les questions à la personne qui nous sollicite, représente un gain de temps précieux. Dans la panique, les gens peuvent avoir du mal à nous donner leur position ou une adresse exactes. L’application règle ce problème ».

Appli "My 15". Photo Jean-Louis Gorce

 

Samu 03 : le quotidien des régulateurs d'appels à l’hôpital

« My 15 » offre aussi la possibilité d’envoyer plusieurs photos. Les clichés transmis apparaissent là aussi instantanément sur l’ordinateur de l’assistant de régulation qui prend l’appel.

« À distance, ce n’est pas toujours facile d’apprécier la nature et la gravité d’une lésion ou d’un accident, poursuit Denis Gonzalez. Dans le cas d’une collision par exemple, le simple fait de voir l’état des véhicules nous donne une indication sur la violence du choc, et donc sur les blessures qui peuvent en résulter. L’image est une aide au diagnostic. Elle va nous permettre d’anticiper et d’adapter la réponse à donner sur le terrain. »

Appli "My 15". Photo Jean-Louis Gorce

Pour couvrir au mieux toutes les situations, deux choix s’offrent d’ailleurs à l’utilisateur qui contacte le Samu via « My 15 » : « Appeler pour moi » ou « Appeler comme témoin ». Une alternative précieuse lorsque la victime n’est pas en mesure de composer elle-même le numéro d'urgence.

Source Stéphane Barnoin journal La Montagne