VACCINATIONS

Le Baromètre santé 2017 de l’Inpes révèle que l’adhésion à la vaccination repart à la hausse. Alors que seuls 61 % des 15-75 ans se disaient favorables à la vaccination en 2010, ils sont désormais 79 % à déclarer y adhérer. Les données récentes  de l’Institut de veille sanitaire (InVS) confirment cette tendance, avec le maintien de niveaux de couverture vaccinale élevés, voire en augmentation pour de nombreux vaccins.D’après une autre enquête de l’Inpes menée en avril 2011, 81 % des personnes interrogées étaient globalement favorables à la vaccination. Les opinions varient selon la nature de la vaccination, ainsi seulement 1 % des Français se déclaraient défavorables au vaccin ROR et 9 % d’entre eux étaient défavorables à la vaccination contre l’hépatite B (VHB).

D’après le Baromètre Santé 2010 de l’Inpes, plus d’un quart (28 %) des Français de 15 à 79 ans ne connaît pas la nature de sa dernière vaccination (48 % parmi les 15-30 ans) et près d’un sur cinq (19 %) estime ne pas être à jour de ses vaccinations. Ces résultats montrent tout l’intérêt de poursuivre les efforts d’information auprès de la population sur les bénéfices de chacune des vaccinations et l’importance d’être à jour.

Ci dessous carte montrant le colossal retard français en matiére de Vaccins HPV .

La vaccination contre les HPV est proposée aux filles entre 11 et 14 ans en deux doses espacées de six mois. • La vaccination de rattrapage est proposée jusqu’à 19 ans révolus avec un schéma à trois doses. • La vaccination contre les HPV ne protège pas de toutes les lésions précancéreuses ni de tous les cancers du col. •

Le plan de gestion des risques de l’ANSM et les données internationales confirment l’absence de complications significatives associées à la vaccination. • Des frottis de dépistage doivent être réalisés régulièrement chez toutes les femmes, vaccinées ou non.

http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinal_2016.pdf